DARKTHRONE

Under a Funeral Moon

Guidés par la vision musicale et spirituelle d'Euronymous de MAYHEM pour une musique Metal plus noire que jamais, le Black Metal, les norvégiens de DARKTHRONE finiront par laisser tomber le Death Metal, leur style de prédilection de l'époque. A partir d'A Blaze in the Northern Sky, leur deuxième album, leur style sera bien plus Black Metal, dans une veine proche des vieux CELTIC FROST et BATHORY. L'impact d'A Blaze in the Northern Sky dans le milieu underground du metal extrême sera dû au mélange entre les nouvelles influences Black Metal du groupe et les dernières réminiscences Death Metal. Ces dernières rajouteront, en effet, à la crasse déjà suintante de l'album. Cependant, lorsque DARKTHRONE sortira son troisième album, Under a Funeral Moon, en 1993, influencé cette fois-ci par le Black Metal ultra-répétitif de VON, les avis seront bien plus mitigés.

Lorsqu'on commence l'écoute et qu'on entame "Natassja in Eternal Sleep", à défaut de gros changements, on sent que la production a continué d'évoluer : à l'instar des compositions, elle est plus minimaliste que sur A Blaze in the Northern Sky. On sent d'entrée l'influence des Américains de VON sur DARKTHRONE. Ensuite, notons également ce riffing encore plus aiguë qu'auparavant. Il n'y a pas de doutes, les origines Death de DARKTHRONE ont disparu. Et elles ont été remplacée par une production plus négligée et une vitesse accrue dans les compositions. Bien qu'on retrouve certains passages lents (l'introduction de "The Dance of Eternal Shadow", le milieu de "Summer of Diabolical Holocaust", la fin de "Crossing the Triangle of Fire" mais surtout "To Walk the Infernal Fields"), le reste nous propose un défilement de rapidité sans fin. L'auditeur sera en droit de se demander pourquoi tant de vitesse par rapport à l'album précédent. Et certains reprocheront à cet album de ne faire que blaster tout du long sans aucune autre originalité, la saleté de la production renforçant cette idée.

Par rapport aux deux autres albums de ce qu'on appelle la Unholy Trinity (la première triade d'albums Black Metal de DARKTHRONE, avec A Blaze in the Northern Sky et Transilvanian Hunger), Under a Funeral Moon possède une atmosphère plus sataniste. Nous sommes loin de la haine vampirique de Transilvanian Hunger et l'ambiance satanique est plus développée ici que sur A Blaze in the Northern Sky. Nous sommes conviés dans les méandres des forêts norvégiennes, la nuit, pour participer à un rituel qu'on devine abominable. En ouvrant le boîtier, on retrouve l'illustration d'une marche nocturne dans ces fameuses forêts. A côté et en continuant à ouvrir, on tombe sur les textes des titres. Ils sont écrits de la main de Fenriz, parsemant ses vers blasphématoires de sa plume noire. Il faut également noter, pour la polémique de l'époque, qu'il existait sur la pochette une dédicace aux escadrons de la mort brésiliens - bien qu'il n'y ait pas de détails, on suppose que cela fait référence aux milliers d'assassinats d'enfants des rues qui eurent lieu au Brésil au début des années 90.

"To Walk the Infernal Fields", long titre de sept minutes, entame la deuxième partie de l'album. Afin de percer les secrets du culte que nous suivons et auquel nous souhaiterions appartenir pleinement, afin d'entrer dans une élite noire, nos oreilles se font plus attentives qu'au début de l'album. Ce long titre exclusivement mid-tempo éveillera l'ouïe de l'auditeur concentré. Car c'est derrière ces airs plus calmes qu'on perçoit le mieux le véritable visage du Malin. "To Walk the Infernal Fields" est idéal dans ce sens. Le morceau éponyme et "Inn I de Dype Skogers Favn" seront, eux, bien plus rapides. Et c'est lorsque DARKTHRONE redevient agressif et haineux qu'on se rend compte de la puissance d'Under a Funeral Moon. Ce que nous sommes en train d'écouter se révèle plus varié que ce que beaucoup de monde imagine. Cette puissance sera magistralement reprise par le groupe JUDAS ISCARIOT quelques années plus tard.

Le dernier titre, "Crossing the Triangle of Flames", fait tout simplement partie des meilleurs titres de DARKTHRONE. Le début en blast beat nous permet de cheminer vers un riff de guitare à la mélodie majestueuse, surtout pour de l'oldschool. Nous nous voyons participer pour de bon au rituel de magie noire dont il est question depuis le début. Ce rituel changera à jamais notre perception de la vie de tous les jours. Il nous marquera pour de bon. Et pendant que certains crachent du feu pour mieux nous éclairer, nous rentrons en communion avec les ténèbres - au départ hermétiques - de l'album, qui se révèlent alors totalement. Malgré la présence des cracheurs de feu, le noir nous envahi complètement. C'est la nuit, et on se rend compte, pour la première fois depuis le début de l'album, que la lumière bienveillante du jour et la chaleur accueillante de notre foyer sont loin derrière nous. L'album se termine sur un dernier rythme lent soutenu par des sons de tocsins, terminant pour de bon le rituel sous la lune funéraire.

Désormais, avec Under a Funeral Moon, DARKTHRONE n'a plus rien à voir avec le Death Metal de ses débuts. En opposition au Death Metal plus technique de l'époque, DARKTHRONE est dorénavant à fond dans le Black Metal, quitte à répéter pendant des heures et des heures chaque jours afin de donner vie à une osmose parfaite entre ses musiciens. Bien que certains trouvent cet album peu novateur par rapport à l'intouchable A Blaze in the Northern Sky, DARKTHRONE propose ici ce que l'album précédent faisait de mieux en Black Metal combiné à une atmosphère plus minimaliste et crasseuse. A l'image de la nouvelle influence de VON sur DARKTHRONE, cet album est encore plus Black Metal que le précédent. Et si vous aimez le Black Metal bien oldschool sans éléments externe au Black du type de GRAVEN ou JUDAS ISCARIOT, l'achat de cet album devient obligatoire.

Sous-estimé mais incontournable.

par Gul Le Ricanant, le 25/10/2016

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal old school recommandés

KRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004SAD - Abandoned and ForgottenCAVERNE - Chants des Héros OubliésZERVM - Nihil Morte CertivmOLD WAINDS - NordraumGORUGOTH - GorugothCENDRES DE HAINE - Nihil MirariORTHANC - L'Âge de RaisonDODSFALL - Den Svarte SkogenCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesODELEGGER - The Titan's TombDARK DOMINATION - Reign of the Fallen One

D'autres albums d'ambiance Satanique recommandés

ARMAGEDDA - Only True BelieversARMAGEDDA - Ond Spiritism - Djefvulens SkalderKAPEIN - GolgothaGLORIOR BELLI - Sundown (The Flock That Welcomes)HETROERTZEN - Flying Across The Misty GardensMELENCOLIAM - O Infinito Vale Da EscuridãoONE MASTER - Forsaking A Dead WorldZERVM - Nihil Morte CertivmCHADENN - ChadennARMAGGEDON - I.N.R.I. (I, Nazarene, Recognize My Impurity)CORPUS DIAVOLIS - RevoluciaOBSCURUS ADVOCAM - Verbia Daemonicus

Partager cette chronique

Autres chroniques