CORNIGR

Relics of Inner War

CORNIGR est le groupe d'un seul homme : Vainaja, que l'on peut suivre dans d'autres formations bien plus connues comme HORNA, SARGEIST, voire VITSAUS. Avec de tels noms, il est difficile de ne pas se dire qu'à l'écoute de ce premier album (dont une simple démo était sortie en 2003) on ne va pas avoir le droit à un Black orthodoxe finlandais de pure souche ! Et bien il faut bien reconnaître la base orthodoxe, mais pas si finlandaise que ça au final...

En effet, doté d'un son assez cru, Relics of Inner War nous offre sur un peu moins de 31 minutes une musique plutôt épurée et sans concession, avec des riffs secs placés en avant. Cependant, il existe une certaine manie à s'orienter vers les vieux MAYHEM et GORGOROTH dans l'inspiration. Le deuxième morceau (ou le quatrième par exemple) est à cet égard assez frappant. Jusqu'à la voix d'ailleurs, car l'organe de Vainaja ressemble à celui d'Attila, en plus terne, moins incisif. Ainsi, nous ne sommes pas si proches des canons du genre précités (enfin tout dépend les albums avec lesquels on compare celui-ci évidemment !). D'ailleurs, le rythme est ici plus élevé que sur le Black orthodoxe finlandais traditionnel et la linéarité est quand même trop présente, loin des habitudes de riffer du BM orthodoxe ou les mélodies cycliques sont récurrentes (que l'on retrouve ici rarement, contre-exemples : fin des 5e et 7e morceau). Le problème est qu'au final, la musique manque de relief et d'inspiration, de rendu, pour s'enfermer sur des schémas très classiques et peu efficaces. Les morceaux tendent à se suivre et à se ressembler très fortement, les passages à vides ne sont pas absents, loin s'en faut. C'est dommage, car il y avait moyen de faire mieux !

D'un point de vue de l'ambiance, l'opus touche assez juste : rien d'extraordinaire, mais la mission est remplie et on en a pour notre argent. Le visuel quant à lui ne présente rien de plus qu'un simple digipack en triptyque. C'est dommage car la couleur marron et les quelques légers dégradés sur les bords auraient mérités quelque chose. Tant pis.

Un album assez moyen dans sa globalité, trop court et pas assez marquant. Seuls les fans du genre apprécieront donc (et encore) !

par Baalberith, le 18/03/2014

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 28/08/2016 à 18:08:19

Un Baalberith bien sévère encore une fois.

Cet album ne fait effectivement pas dans le finlandais traditionnel, même si la filiation est indéniable (il suffit d'entendre "Shroud of Satan" pour s'en convaincre). Il est doté surtout d'une noirceur incroyable pour un rendu terriblement écrasant. Cela rend la chose certes moins facilement accessible, mais pourtant très prenante une fois la bête apprivoisée. Une très bonne sortie.

Disons 4,5/6, j'ose croire que cet album peut être dépassé.

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

CLANDESTINE BLAZE - Deliverers Of FaithKARGVINT - Once Killed SoulsWÜRM - Demo '04PEST (Swe) - DauðafærðSHINING - I - Within Deep Dark ChambersOBSCURUS ADVOCAM - Verbia DaemonicusANTAEUS / KATHARSIS - SplitRAVENCULT - Morbid BloodONDSKAPT - Draco Sit Mihi DuxABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemWATAIN - Casus Luciferi

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

HANDFUL OF HATE - You Will BleedMGLA - With Hearts Toward NoneOBTAINED ENSLAVEMENT - WitchcraftCATAMENIA - Winternight TragediesTHUS DEFILED - Wings Of The NightstormVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last ChapiterULG - WindarkWHITE DEATH - White DeathULVEGR - Where the Icecold Blood StormsDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignTHY PRIMORDIAL - Where Only The Seasons Mark The Path Of TimeTOBC - What It's like to Be Undead

Partager cette chronique

Autres chroniques