COLOTYPHUS

Spiritual Journey of a Forlorn Soul

COLOTYPHUS est le projet de trois ukrainiens inconnus au bataillon ou presque, qui sortent ici leur premier album après un EP en 2015. D'approche assez conventionnelle, ils exploitent le style atmosphérique à forte tendance symphonique, aujourd'hui considéré comme presque mort dans la scène Black Metal, à de rares exceptions près. Ce qui fait que je prends le temps de parler d’eux, c’est parce que justement, ils font partie des groupes qui aujourd'hui parviennent encore à maintenir cette flamme…

Sur plus de 67 minutes, le groupe élabore un Black Metal atmosphérique et symphonique de qualité. Sur le plan formel d’abord, parce que la technique est là et le son aussi ; parce que la maîtrise du style ne pose aucun problème, avec des claviers bien présents, mais des guitares qui ne sont pas oubliées, parce qu'enfin la construction musicale est du même niveau. Le rythme n’est pas bien rapide, sauf sur certains passages, mais pas de mollesse à l’horizon et les structures musicales offrent plusieurs breaks de qualité.

Sur le fond également le rendu général est intéressant et sans avoir de grand morceau, l’inspiration n’est jamais oubliée : les chansons sont dans l’ensemble bien fichues et l’effet mélodique tout à fait crédible. On ne s’ennuie pas !

Tout à l’air d’être parfait donc ? En fait, il n’y a qu’un seul bémol, mais un gros, du moins pour ceux qui comme moi, sont très sensibles à la voix. Celle-ci est en effet grave et dans les canons du Death Metal, pas du tout du Black. Je reconnais que pour moi, il s’agit d’un point rédhibitoire qui m’empêche d’apprécier pleinement leur album (l’énervement arrive rapidement au bout d’une ou deux minutes d’efforts), mais après, ça dépend vraiment des goûts de chacun, ou plutôt car je parle ici surtout à dans fans de BM, de la tolérance de chacun à ce sujet. Certes, ce n'est pas nouveau, on se rappelle des allemands de NINNGHIZHIDDA il y a une quinzaine d'années, dans un style de Black d'ailleurs assez proche, mais leur voix Death était moins présente qu'ici et parfois couplée avec une bonne voix Black...

Le visuel est beau, vraiment. La pochette est tout à fait aguichante avec ses tons noir et bleu-nuit bien dessinés et le concept est d’emblée posé. Le livret seize pages (ça fait plaisir) est bien fichu, avec juste ce qu’il faut de travail graphique, dans les mêmes tons que la pochette, où des images et des dessins accompagnent de belle manière à droite, les paroles écrites sur la page de gauche. Seule l’homogénéité conceptuelle fait défaut, les images correspondant aux thèmes abordés par chaque texte plutôt qu'à un ensemble parfaitement cohérent.
Ce n'est pas bien grave. L’ambiance quant à elle n’est pas du tout mauvaise, bien appuyée par la qualité des claviers, mais la voix empêche de se glisser davantage dans leur musique.

Un bon album de Black Metal symphonique comme on en fait rarement encore aujourd'hui, mais qui est à réserver, hélas, à ceux qui sont capables de supporter la voix Death.


par Baalberith, le 12/12/2017

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal symphonique-orchestral recommandés

PENUMBRA - EmanatePENUMBRA - The Last BewitchmentGRAVEWORM - As The Angels Reach The BeautyGRAVEWORM - Scourge Of MaliceGRAVEWORM - Engraved In BlackTVANGESTE - Damnation Of RegiomontumENSLAVEMENT OF BEAUTY - MegalomaniaMOONSORROW - Suden UniMOONSORROW - Voiamasta Ja KumiastraMOONSORROW - KivenkantajaNOKTURNAL MORTUM - Goat HornsOBSIDIAN GATE - The Nightspectral Voyage

D'autres albums d'ambiance Sombre recommandés

TAAKE - ...DoedskvadBEHEMOTH - ...From the Pagan VastlandsCATAPLEXY - ...Lunar Eclipse, Chaos To The Ruin...DARKTHRONE - A Blaze in the Northern SkyDIAPSIQUIR - A.N.T.I.RIENAUS - AamutähdelleMESARTHIM - AbsenceMONARQUE - Ad NauseamDER WEG EINER FREIHEIT - AgonieGRAUPEL - Am Pranger...MOURNING FOREST / SAD - And Nothing Shalt RemainEMPEROR - Anthems To The Welkin At Dusk

Partager cette chronique

Autres chroniques