CHASSE-GALERIE

Ars Moriendi

Sans vouloir prendre la plupart d’entre nous pour des ignares, il me semble que rares sont les Français pour qui la Chasse-Galerie inspire grand chose. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un groupe québécois nous en parle. Même s’il n’a rien à voir avec le balck, le groupe MES AÏEUX en a parlé dans ses chansons puisqu’il s’est fait le spécialiste des vieilles croyances et du folklore de son pays. Pour certains, le nom CHASSE-GALERIE peut paraître ridicule, faisant penser à Chasse-neige ou chasse d’eau. Ils riront peut-être aussi de cette légende qui raconte l’histoire de bûcherons ayant fait un pacte avec le diable afin de revoir leur femme en empruntant un canot volant. Ils feraient mieux de se méfier ces humoristes de bas-étage car ils risquent de moins ricaner quand les membres du groupe viendront leur refaire le visage. Parce que CHASSE-GALERIE est loin d’être un groupe de comique.
Leur musique est claire. Ils sont là pour foutre le feu, pour tout défoncer et cramer à l’aide d’un black brutal aux ambiances guerrières. Les ambiances ne sont pas particulièrement haineuses, et elles sont emplies de riffs mélodiques, mais la batterie est (presque) continuellement en mode turbo, et les vocaux ne laissent aucune place à la faiblesse. C’est la guerre, et à l’ancienne ! Pas celle où on pousse un petit bouton en ayant son gros cul bien calé dans le canapé. Pour bien comprendre à quoi ressemble leur musique, il suffit de se ressortir le Reign in Ruin de VINGDAR (2004) qui en est presque une copie conforme. Pour ceux qui ne connaissent pas, on peut aussi comparer à un AES DANA sans instruments celtiques et qui n’aurait gardé que la hargne.
Les 8 titres balancent secs, et c’est un plaisir de réentendre ce genre un peu délaissé ces temps-ci. On tape bien du pied et on ne peut pas reprocher grand chose. Mais les 35 minutes terminées, on se rend compte que c’est le genre d’album au plaisir immédiat et instantané, dont on ne garde pas un souvenir impérissable finalement. Il n’est pas assez marquant pour entrer dans une liste de préférence.
Il y a cependant un morceau qui sort du lot. C’est le 5ème, « La Patrie des Sans Âmes ». Imparable, il débute comme les autres sur un rythme acharné énergique mais propose sur sa deuxième partie des soli infernaux qui surprennent ! Ils ajoutent enfin la tension qui faisaient défaut au reste. Ce titre est le plus long, atteignant près de 7 minutes grâce à ce travail sur les guitares, et on se dit qu’on aurait eu une galette plus destructrice avec la répétition de ce genre d’artifices. Là, ce morceau vient plus nous narguer et mettre en avant le manque de caractère du reste. Il y a bien des riffs à la hauteur (début de « La Décadence de l’aisance » par exemple), mais soit trop courts, soit pas assez puissants.
CHASSE-GALERIE permet en tout cas de se défouler fout une sacrée pêche. On attend une suite un peu plus marquante... Ils en ont les moyens.
http://www.myspace.com/chassegalerie

par Sakrifiss, le 06/06/2011

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal brutal recommandés

HANDFUL OF HATE - You Will BleedHOLDAAR - Year 120-thANTAEUS / AOSOTH - Wrath Of The EvangelikumMARDUK - WormwoodDARK FUNERAL - Where Shadows Forever ReignMARDUK - WarschauDARK FUNERAL - Vobiscum SathanasN.K.V.D. - VlastOV HELL - The Underworld RegimeAMNION - The Return Of Total DesolationVALKYRJA - The Invocation of DemiseSATYRICON - The Age of Nero

D'autres albums d'ambiance Guerrière recommandés

KRIEGSMASCHINE - Prism : Archive 2002-2004FORTERESSE - Thèmes pour la RébellionCENDRES DE HAINE - Bellum Omium Contra OmnesLORD BELIAL - Unholy CrusadeFLAMEN - Supremo DieZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)EPHEMER - Gloire immortelleYAOTL MICTLAN - Dentro del Manto Gris de ChaacNEPTRECUS - Frères de SangPAGAN HELLFIRE - In Desolation, in RuinsMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightSANCTUAIRE - Le Sang sur l'Acier

Partager cette chronique

Autres chroniques