CATACOMBES

"Le Démoniaque"

Tout droit sorti du Grand Ouest français, CATACOMBES est le projet d’Antoine Guibert, connu notamment pour l’exécution des guitares dans le bon EP Vermin d’HENTGARM. C’est en son propre nom, ou presque, qu’il nous offre ici le premier album d’un nouveau groupe dont le talent mérite largement l’intérêt que l’on pourrait y porter.

Le style n’a certes rien d’original, il propose un Black Metal mélodique et assez énergique dans une approche clairement orthodoxe, ce qui explique donc tout à fait le choix du label à son encontre. Le rythme assez soutenu permet pourtant de donner aux mélodies des guitares une assise solide pour développer en longueur la ligne mélodique directrice de chaque morceau qui est bien au cœur de la musique. Celle-ci est ponctuellement nuancée par des breaks classiques mais intelligents, qui permettent de relâcher un peu la pression. Seul quelques passages, voire morceaux, sont plus mid-tempo, par exemple le 6e, sans pour autant rompre avec l'intensité mélodique proposée sur la globalité de l'opus. La voix est haineuse (un des atouts de cet album à n'en point douter), bien insérée dans les structures musicales, jouant pleinement son rôle d’instrument à part entière, comme c’est souvent le cas dans le Black orthodoxe.

Finalement, le rendu s’en sort très bien : on ne s’ennuie pas, du moins si l’on aime le style SARGEIST -  THROMOS, les mélodies étant dans l’ensemble bien inspirées, même si un peu linéaires par moments. On regrettera peut-être qu’il n’y ait pas un peu plus d’essais hétérodoxes, comme ce petit passage à l’accordéon au tout début de l’album, qui conférait un plus à la musique de l’album, sans pour autant dénaturer l’approche orthodoxe. Quelques ajouts de violons auraient été également, je pense, bienvenus…

Le périmusical n'est, de toute évidence, pas à la même hauteur que la musique. Volontairement ou non, certainement un peu, le one-man-band a choisi une approche à la fois brute et sale. Le résultat est un visuel très approximatif, sans beaucoup de travail, mettant en avant un ensemble d’esquisses rappelant les tréfonds des ruelles parisiennes des siècles derniers. Un concept qui ma foi aurait pu donner lieu à une mise en scène plus honorable, mais qui ici est un cuisant échec. La preuve ultime réside dans les paroles, dont le ridicule affligeant ne permet pas de générer une ambiance particulière, mais dessert au contraire le concept. C'est sûr que c'est secondaire face à la qualité musicale, mais c'est quand même un peu dommage.

Un bon album, vraiment, inspiré et efficace, comme on les aime dans le style finlandais !


par Baalberith
Le 05/07/2017

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 11/07/2017 à 13:07:08

Très bon album ! Pas ultime non plus, mais le savoir faire est indéniable, et l'hommage fait plaisir.



Pour les paroles, c'est un clin d'oeil au PESTE NOIRE de L'ordure à l'état pur. Je ne trouve pas ça aberrant puisque ça ne ressort pas trop musicalement, mais c'est étrange vu le "classicisme" de la musique.

Le 12/07/2017 à 11:07:56

Excellent album, les mélodies sont ultra effiaces.

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

BELLICISTE - SceadugengaWHITE DEATH - White DeathABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemFÖRGJORD - UhripuuMOPOK - And I Walk Among the Shadows...PANPHAGE - DrengskaprMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light DiesRIENAUS - Saatanalle

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

NUIT NOIRE - Fantomatic PlenitudeSEELENTOD - The Ageless DynastyAPOPTOSIS - From Fall to Winter SolsticeORTHANC - L'Âge de RaisonMORPHINIST - The Arcane SessionMORPHINIST - GeopfertFURZE - UTDOLD MAN'S CHILD - Revelation 666 - The Curse Of DamnationSIGH - Imaginary SonicscapeDEATHCULT (Nor) - Cult of the DragonENSLAVED - Axioma Ethica OdiniTERRODROWN - Colonize And Regulate

Partager cette chronique

Autres chroniques