BURSHTYN

Безвірник

Deuxième album pour les ukrainiens de BURSHTYN, un an seulement après leur premier album qui sonnait comme une résurrection de DUB BUK. On décèle un peu plus de maturité, mais globalement, les choses n’ont pas vraiment changé.

Ainsi, c’est un Black mélodique et orthodoxe qui est ici présenté, intégrant un dosage toujours assez distillé (hélas) d’éléments folk dans son Black Metal. La maîtrise du style est à la hauteur de l’expérience passée du groupe, avec des riffs ciselés et des structures simples mais efficaces, où quelques riffs centraux établissent le front de bataille. Aucune linéarité, les rebondissements et les breaks sont légers, mais suffisants. La voix est un peu éraillée, classique du style. Bref c’est assez pro, tout en restant vraiment charnel et Black dans l’aspect.

Le rendu est meilleur que sur le premier album, c’est sûr. Malheureusement il manque de morceaux comme le premier, dans lesquels le dosage des éléments folk et le rendu sont plus soignés (ici ce sont les habituels violons torturés en accompagnement). Quand c’est le cas, on est plongé dans un Black clairement slave dans son aspect musical, qui booste sans équivoque le rendu général. Ainsi, plutôt que de choisir de faire un morceau complet de plus de dix minutes comme l’avant-dernier, entièrement fait de musique traditionnelle, il aurait peut-être été plus pertinent de distiller cela sur l’ensemble des morceaux, en osmose avec la musique Metal.

Encore une fois, le visuel a fait l’objet d’une attention particulière. Il s’organise comme un digipack simple à l’intérieur duquel un livret de vingt pages a été collé sur sa dernière face. Le livret, comme le digipack, est un papier / carton glacé d’un bel effet, baigné dans un dégradé noir-rouge très agréable. La pochette est belle et évocatrice. Quant au livret, il est crayonné en noir et blanc. Certes les dessins restent un peu trop naïfs, mais c’est charnel. Quelques ajouts de rouge viennent les contraster ponctuellement. C’est spécial, mais c’est original finalement et bien pensé. En ce qui concerne l’ambiance, on reste évidemment sur le même concept slave du premier album, bien rendu mais qui aurait pu l’être mieux à mon sens comme je l’ai expliqué plus haut.

Un bon album mais surtout destiné aux fans du genre et qui n’atteint décidément pas ce que l’on fait de mieux dans le domaine, c’est dommage !


par Baalberith, le 25/05/2018

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 28/05/2018 à 12:05:30

Je rêve ou le riff de la dernière piste ressemble beaucoup au riff d'intro de Mabool d'Orphaned Land ?



[bctrack]1122939885[/bctrack]



a 1'20


[youtube]HeKWWIGj3ak[/youtube]

Le 28/05/2018 à 18:05:43

Bien vu !

Cet album est en tout cas, pour moi, en tout point supérieur au précédent. Plus carré, plus intense, plus épique. Tout est bon.

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal orthodoxe recommandés

WHITE DEATH - White DeathCATACOMBES - "Le Démoniaque"ABSOLUTUS - Pugnare In Iis Quae Obtinere Non PossisDARK SONORITY - KaosrekviemFÖRGJORD - UhripuuPANPHAGE - JordPANPHAGE - DrengskaprMAQUAHUITL - Blood of Kings and Ancestral MightASTHENIE - Oraison funèbre par le sang et la maladieFALLAKR - LVCLUCIFERIAN RITES - When the Light DiesRIENAUS - Saatanalle

D'autres albums d'ambiance Slave recommandés

ASMUND - Песнь кровиNOKTURNAL MORTUM - WeltanschauungZAKLON - Viatry Karacunavaj nocyDRUDKH - They Often See Dreams About the SpringNOKTURNAL MORTUM - The Voice of SteelSVARGA - Spirit of the LandVSPOLOKH - Sorrow of the PastBAGATUR - Skazanie Za Drevnobulgarskoto VelichieARKONA (RUS) - Ot Serdca K NebuWĘDRUJĄCY WIATR - O turniach, jeziorach i nocnych szlakachNOKTURNAL MORTUM - NeChristGNIEU - In the Vortexes of Existence Awareness

Partager cette chronique

Autres chroniques