BELENOS

Kornôg

Il aura fallu 6 ans à BELENOS pour proposer une suite à Yenn Sonn Gardis, pas le plus mémorable de ses albums, mais tout de même respectable. BELENOS n’a jamais rien sorti de mauvais de toute façon, et l’attente en valait la peine car je pense que ce dernier né marquera plus les esprits que son ainé, enfin je l’espère.  

Deux choses retiennent surtout l’attention : BELENOS reste éminemment fidèle à son style d’origine, forgé de longue date, dans lequel il est toujours plaisant de se plonger, mais il nous offre également son album le plus dense et le plus fouillé de sa discographie ! Jugez déjà sur la forme : l’album fait près d’une heure, les titres (hors interludes) font au moins 6 minutes, et l’un d’eux atteint presque les 13 minutes.

De fait, cet album part dans des méandres très divers, parfois complexes, à la fois tortueux, puissants, sombres et grandioses. C'est un panel d'émotions assez large que Loïc Cellier nous propose ici, ses nombreuses années d'expérience se font sentir car il le fait avec une fluidité confondante. La batterie est encore une fois impressionnante — définitivement le point fort chez ce BELENOS — les guitares, toujours centrales, savent se faire incisives autant qu'aériennes, quant aux vocaux, hurlés comme chantés, ils restent fidèles aux réalisations passées que tout le monde connait.

On a donc un album solide, dont on retient quelques grands moments comme "Armorika" ou la pièce maîtresse  "D'an usved", qui se suffit à elle-même. On pourra toujours regretter un manque de cruauté supplémentaire, de froideur, à la Spicilège par exemple, mais je me demande si ce n'est pas ma nostalgie qui parle plus qu'autre chose.

Toujours sous la houlette Northern Silence, le travail sur l’objet est une fois de plus appréciable. Si le format A5 n’apporte pas grand chose (le livret est le même), les illustrations sont évocatrices, tournées exclusivement vers la nature, belle et hostile à la fois, sa puissance comme ses aspects sombres sont très bien mis en valeur.

Ce nouvel album est donc amplement conseillé. Les fans l’ont déjà et s’en délectent certainement sans retenue, quant aux autres, on se demande ce qu’ils attendent pour s’y intéresser !

par Blaise, le 05/12/2016

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Le 20/12/2016 à 15:12:15

Décidément, je n'accroche toujours pas à Belenos. Cet album est d'un plat. Aucune mélodie crédible. La pochette est belle, c'est clair, mais à part ça...

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal melodique recommandés

ANGANTYR - UlykkeF41.0 - BürdeSOL SISTERE - Unfading Incorporeal VacuumGRIFT - ArvetGRIFT - SynerANGELSCOURGE - Seraph ImpalerNUMENOREAN  - HomeDARKENHOLD - Memoria SylvarumDER WEG EINER FREIHEIT - FinisterreSARKRISTA - Summoners of the Serpents WrathASMUND - WillGOATMOON - Stella Polaris

D'autres albums d'ambiance Nature recommandés

ANTLERS - Beneath.Below.BeholdBORKR - AmberDRUDKH - Autumn AuroraULVEGR - ArctogaiaAGALLOCH - The MantleNORDWIND - Nordwind / Walk to the WoodsALDA - :Tahoma:FIRN - Edge of Another WorldVALLENDUSK - VallenduskWINTERFYLLETH - The Threnody of TriumphGALLOWBRAID - Ashen EidolonWOLVES IN THE THRONE ROOM - Two Hunters

Partager cette chronique

Autres chroniques