BELENOS

Chemins de souffrance

Cet album n'est pas un album. Et pourtant c'est le meilleur album de BELENOS... Ceci mérite quelques explications.

Cet album est divisé en deux parties Allégorie d 'une souffrance et Les chemins de la mort, la première partie étant le réenregistrement complet des quatres titres de la troisième démo du one-man-band (à nouveau...), sortie il y a dix ans. La deuxième est constituée de quatre titres composés plus récemment.

On peut se poser la question du choix qui a été fait de mettre sur un même album de l'ancien et du nouveau BELENOS. Il est clair qu'il n'est pas pleinement explicité qu'il s'agit du réenregistrement d'une démo déjà sortie. Ceci dit, le néophyte découvrira ces quatre excellents titres, alors que le fan de la première heure sera gratifié de titres prenant plus d'ampleur grâce à une vraie batterie et au son de l'actuel BELENOS. Les titres en question sont d'une qualité certaine, inspirés par le romantisme existentiel qui animait l'esprit de BELENOS avant l'album Spicilège, et contenant les éléments caractéristiques du groupe de Loïc Cellier, à savoir quelques passage de guitare sans distorsion, aux accents nostalgiques, et des vocaux clairs, parfois parlés, parfois chantés par des choeurs d'inspiration guerrière.

La deuxième partie, Les chemins de la mort, sont donc, eux, de création plus récente. Il n'est donc guère étonnant d'y trouver des titres en breton (à quand le texte intégralement dans cette langue ?), et des références à la matière bretonne, immortalisée par Anatole Le Braz et consorts.

Étonnamment, le premier titre de cette partie ressemble à un riff du « vieux » BELENOS, comme une transition nécessaire... La suite des compositions comporte quelques éléments qui me semblent nouveaux pour BELENOS, comme des soli de guitare très heavy, mais qui s'intègrent parfaitement à ce type de Black Metal dont la puissance n'est désormais pas sans rappeler le Black/Death. On y trouve également moult riffs très inspirés (j'ai pour ma part une préférence pour l'ambiance de « War Hent an Ankou ») et des atmosphères encore imprégnées de BURZUM par moment (rien d'étonnant donc que certains passages puissent être mis en parallèle avec DRUDKH). En définitive, du pur BELENOS, qui arrive plus que jamais dans cette partie à concilier son identité et ses atmosphères avec la puissance brute du Black Metal des premiers albums. La synthèse tant attendue, dirais-je...

Pour englober tout cela, le visuel dans les tons orange/rouge/noir est sobre et plutôt réussi, collant parfaitement à la musique... le tout se retrouvant sur l'appellation, fusion des deux parties, de « Chemins de Souffrance ».

par Necrowarrior
Le 18/05/2012

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Metal pagan recommandés

WINTERFYLLETH - The Dark HereafterBELENOS - SpicilegeBATHORY - Blood Fire DeathHEIMDALLS WACHT - Ut de graute olle Tied - Deel Twee (Land der Nebel)HAVUKRUUNU - HavulinnaanWINTERFYLLETH - The Divination of Antiquity PROPHECY - Heathen YearsWINTERFYLLETH - The Threnody of TriumphALDA - :Tahoma:HEIMDALLS WACHT - Westfälischer SchlachtenlärmNACHTFALKE - Wotan's ReturnWALDGEFLUSTER - Femundsmarka - Eine Reise in drei Kapiteln

D'autres albums d'ambiance Celtique recommandés

BELENOS - SpicilegeBRAN BARR - SidhVALUATIR - IPROPHECY - Heathen YearsMORRIGAN - CeltsTHE WOLVES OF AVALON - Carrion Crows Over CamlanHEOL TELWEN - An Deiz Ruz

Partager cette chronique

Autres chroniques