ABIGOR

Channeling The Quintessence Of Satan

ABIGOR est un groupe qui n'a pas cessé d'évoluer. A chaque nouvelle sortie, le groupe a opéré des changements notables, souvent désarçonnants pour l'auditeur. Channeling the Quintessence of Satan, successeur de Supreme Immortal Art, apparaît dans une période particulière de l'évolution des groupes fondateurs.

Après avoir passablement évolué, ils ont dû reconfigurer leur identité suite au débat sur leur intégrité (trve/untrve). C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre cet album : il est un compromis audacieux entre la brutalité ravivée du black metal originel et un bond en avant technique, qualitatif et stylistique.

Le black/death à tendance vaguement indus qui est développé dans CTQOS poursuit le saut évolutif entrepris sur Supreme Immortal Art. Il reste cependant foncièrement black du fait du jeu de guitare et de la batterie. Les nombreux changements de rythmes et autres breaks rompent toute linéarité entre les riffs et expliquent l'ajout du qualificatif 'death'.

Comme sur Fractal Possession, on regrette les vocaux de Silenius. Des vocaux distants, plus vulgaires, plus insipides, moins soignés et moins puissants remplacent ceux du vocaliste de SUMMONING. Les synthés et autres effets sont cantonnés dans les intros, breaks ou outros. Ils introduisent une esthétique sombre, froide et industrielle. 
Les riffs et leur architecture sont très complexes. On a typiquement affaire au minimum à 2 voix de guitares et à l'intervention d'un basse discrète. Le jeu de guitare va des palms mutes les plus graves aux tremolos picking les plus stridents. Le tout évolue, contrasté, entre des boucles obsédantes, nimbées d'une dissonance morbide et la pompe d'éphémères mouvements harmonieux. Le son est très métallique et développe une vibration d'ensemble typiquement black, massive et souvent malsaine.

Le jeu de batterie impressionne. Rapide, fluide, riche de finesses, il alterne des passages de blast beats purement black avec des enchaînements subtiles et autres rythmes syncopés plutôt death. 
La cohésion de l'ensemble titille une perfection organique.

L'impression qui ressort de l'écoute de cet album est celle d'écrasement. CTQOS submerge l'auditeur par sa puissance, l'agressivité du son, la complexité de ses mélodies, la variété de ses harmonies, la rapidité de ses tempos et l'imprévisibilité d'arrangements finalement forts logiques. Sous tous rapports, cet opus cultive l'excès. L'ambiance développée est malsaine, obsessionnellement agressive, chthonienne, sale, obscure, inhumaine, morbide, autistique et abstraite. La thématique de la "torture mentale", chère à ABIGOR, atteint ici l'apogée de son développement. L'auditeur, aliéné, est emporté, entre fascination et dégoût, par quelque chose qui le dépasse.

Rarement on aura commis un album de black aussi malsain, puissant, riche et sophistiqué. Tel un Supreme Immortal Art dont le fantastique se serait mué en horreur, CTQOS tranche avec le reste de la discographie. Il est largement sous-évalué, comme tout l'oeuvre du groupe Autrichien. Peut-être est-ce parce que l'écoute en est exigeante et le style particulier?

Un album monstrueux, que seules des écoutes assidues permettront de conquérir.

par Advodia
Le 31/05/2014

Votre note

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Commentaires

Vous devez être connecté pour discuter de cette chronique sur le forum.

   

Evolution des notes du groupe

D'autres albums de Black Death Metal recommandés

HYPERION - Seraphical EuphonyDISSECTION - Storm of the Light's BaneDISSECTION - The SomberlainAMON - The WorshipTHULCANDRA - Under a Frozen SunZYGOATSIS - Satanic Kultus - Unholy Desecration (S.K.U.D)BESTIAL WARLUST - Blood and ValourSEELENTOD - The Ageless DynastyBORGIA - Promo MMVIITERRODROWN - Colonize And RegulateEVOHE - Tellus MaterVINTERLAND - Wings Of Sorrow  - Welcome My Last Chapiter

D'autres albums d'ambiance Indéfinissable recommandés

OSIRION - ReconquistaMEPHISTOPHELES - Songs Of The Desolate OnesAPOPTOSIS - From Fall to Winter SolsticeENSLAVED - Axioma Ethica OdiniPESTE NOIRE - L'ordure à l'état purORTHANC - L'Âge de RaisonMORPHINIST - The Arcane SessionMANETHEREN - Solitary RemnantsPENUMBRA - EmanateVIOLET COLD - Desperate DreamsGERM - LossKHORS - Cold

Partager cette chronique

Autres chroniques